Genèse d’un projet de recherche

Notre projet de recherche se propose de mettre en lumière un objet littéraire aussi singulier que méconnu : les « œuvres choisies » et leurs dérivés sémantiques et lexicaux que constituent les « morceaux choisis » et les « pages choisies ». Cette pratique littéraire, si féconde à l’aube du siècle dernier, qui consiste en un choix anthologique des écrits d’un auteur par lui-même, a jusqu’à présent souffert d’une mise à l’écart du champ des études littéraires. Phénomène d’autant plus curieux et regrettable qu’elle a tenu une place essentielle dans la production littéraire du premier XXème siècle et qu’elle a bouleversé les pratiques éditoriales de l’époque, puisque le choix des textes était effectué directement par l’auteur et non plus par une quelconque instance spécialisée n’ayant aucun lien direct avec ce dernier. De fait, il ne s’agissait plus d’une simple sélection arbitraire mais bien d’un choix d’auteur, reflet d’une personnalité et d’une vision de son art.

Lorsque l’on se penche sur les publications de cette période, on peut aisément se rendre compte de la place importante que tiennent ces anthologies personnelles au sein du monde des Lettres. Ainsi, par exemple, de Charles Péguy (1873-1914) et ses Œuvres choisies 1900-1910 publiées en 1911 chez Grasset, d’André Gide (1869-1951) qui fait paraître simultanément des Morceaux choisis chez Gallimard ainsi que des Pages choisies chez Crès en 1921, de Colette (1873-1954) qui publie en 1936 ses Morceaux choisis chez Gallimard ou encore du philosophe Alain (1868-1951) qui fait paraître, entre 1908 et 1914, quatre séries de « propos choisis » sous le titre de 101 Propos. Ces quatre auteurs, qui constituent une part essentielle de notre corpus de recherche, sont particulièrement représentatifs de ces publications de florilèges autographes qui émaillent la production littéraire de la première moitié du XXème siècle.

C’est en regard de ces publications que nous souhaitons mettre au jour, par le truchement de la lecture et de l’analyse comparatives, des invariants formels, thématiques et génériques dans le but d’élaborer les principes d’une poétique des œuvres choisies afin de démontrer que cet objet littéraire se rapproche peut-être davantage d’un genre spécifique et qu’il ne s’agit pas d’un simple effet de mode inhérent à l’époque étudiée, mais bien d’une tentative de renouvellement générique possédant ses codes d’écriture propres. De fait, il nous faut nécessairement réfléchir à l’évolution de cette forme littéraire et à la place qu’elle occupe de nos jours. Mais l’interrogation fondamentale qui sous-tend tout notre travail a trait à la définition traditionnelle de l’œuvre littéraire que l’existence de tels ouvrages vient remettre en question : est-elle constituée par l’ensemble de la production écrite et publiée d’un auteur ou est-elle le résultat d’un choix de ce dernier parmi ses écrits ? Se trouve ainsi posée la question des frontières de l’œuvre mais aussi celle de la place de l’auteur dans la définition de cette dernière.

Au-delà de la seule question de l’identité et des limites de l’œuvre littéraire que pose l’existence d’auto-anthologies, c’est bien la figure auctoriale qui est au cœur de notre travail. En effet, nous tentons de comprendre la signification profonde de ce geste qui consiste pour un auteur à opérer un choix au sein de sa production personnelle. Ainsi, nous abordons les œuvres choisies comme une forme de projection fragmentée de la personnalité de leur créateur, d’outil de revendication du rôle tenu par l’auteur dans la lecture et la mise en lumière de ses écrits, de tentative d’affirmation de son statut d’écrivain ou de légitimation de son activité. De fait, nous tentons d’apporter un regard neuf sur les rapports que l’auteur entretient avec son œuvre.

Nous sommes également amenés à nous interroger sur le rôle attribué au lecteur et à la place tenue par ce dernier face à ces curieux volumes. En effet, ces « œuvres choisies » sont aussi des objets qui influencent de manière profonde et durable les lecteurs, les orientent, les façonnent et les guident… Ils peuvent également, comme dans le cas d’André Gide, constituer des espaces intermédiaires permettant de construire un futur lectorat. Ainsi, nous explorons les liens particuliers qui unissent les lecteurs aux auteurs qu’ils lisent ou redécouvrent par le biais de fragments organisés de leurs œuvres.

Enfin, ce projet doctoral, étroitement associé à mon activité professionnelle puisque je suis professeur certifié de Lettres modernes, nous conduit nécessairement à réfléchir au rôle que tiennent ces choix de textes dans la constitution et la transmission du patrimoine littéraire.

Notre travail de recherche, placé sous le double patronage de la théorie et de l’histoire littéraires, ambitionne donc de constituer à la fois un enrichissement de l’approche de l’œuvre littéraire, un renouvellement du regard porté sur l’auteur et sur la réception de son œuvre, ainsi qu’une innovation dans le domaine de la recherche générique.


Hadrien Courtemanche

Ancien étudiant de l’Université d’Orléans, professeur certifié de Lettres modernes, Hadrien Courtemanche est actuellement doctorant en littérature française à l’Université Sorbonne Paris Nord où il prépare une thèse au sein du laboratoire Pléiade - EA 7338, sous la direction du Professeur Denis Pernot, autour des anthologies personnelles d’écrivains dans la littérature française moderne et contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search